Le plan A, le plan B, le plan C…

By Annie Joan Gagnon

Jan 06

Ça vous est déjà arrivé d’anticiper un projet avec une joie débordante et de devoir élaborer un autre plan, très déçu? Avez-vous tout de même remarqué que la nouvelle direction à votre projet était, finalement, la meilleure avenue? Laissez-moi vous raconter une petite histoire à ce sujet…
En été 2012, mon mari et moi étions partis de Montréal, à bord de ma Pontiac, et nous sommes rendus jusqu’à Key West, pour ensuite revenir par New-Orleans, le Mississippi, le Kentucky, sans oublier Memphis et passer par les Grands Lacs avant de retrouver Montréal. Sans vraiment avoir d’itinéraire préconçu lors de notre départ, nous n’avions pour idée que de se laisser impressionner par ce que la vie nous offrirait. À Sarasota, en Floride, nous avons eu un coup de cœur, pour une plage du Golfe du Mexique en particulier. Nous aurions aimé nous éterniser à cet endroit, c’est pourquoi avions-nous l’intention d’y revenir un de ces jours.
Le plan A? Cet hiver, c’est-à-dire, 5 ans après ce périple, nous nous cherchions une destination soleil. Notre envie de retourner à Sarasota était si présente que nous avons cru que c’était le timing idéal pour entreprendre ce voyage. Nous avons donc tout prévu en conséquence. Cette fois-ci, nous nous sommes loué une caravane pour plus de confort et après le souper de Noël, nous avons dit aurevoir à la famille et sommes partis en pleine nuit.
La route était quelque peu difficile dans les Adirondacks puisqu’une tempête était sur le point de sévir. Aux alentours d’Albany, je me suis assoupie pendant que Silvio, mon mari, conduisait. Deux jours à rouler vers le sud, le plus rapidement possible pour pouvoir enfin profiter de la chaleur, telle était notre détermination à poursuivre! C’est à Daytona que nous nous sommes réellement reposés. Comme l’hiver était derrière nous, nous avons pris notre temps en faisant aussi une halte d’une nuit au Lac Louisa sur notre trajet. L’excitation s’est fait ressentir après Tampa lorsque j’ai vu l’indication Sarasota sur l’autoroute : une sensation semblable à celle qui nous envahit lorsque le rideau s’ouvre au théâtre, et que nous nous attendons à une représentation enlevante!
Silvio et moi savions où nous diriger, tout comme s’il s’agissait de notre propre repère, mais au moment de réserver notre place, la dame de l’office nous a annoncé qu’il n’y avait malheureusement aucune possibilité, pour nous, de camper à cet endroit. C’était l’été en 2012. Cette destination devait être moins recherchée par les touristes…De plus, comme nous ne connaissions pas la date précise de notre arrivée, nous n’avions pas pensé qu’il était nécessaire de réserver. Bref, quel était le plan B? Trouver un State Park non-loin de Sarasota pour avoir tout de même la chance de nous baigner. Le premier State Park était, lui aussi, complet. Tout comme le deuxième. Le plan C? Il fallait oublier Sarasota. Le seul endroit qui pouvait nous accueillir (pour une seule nuit) était à plus de 40 miles de notre destination et nous devions revenir sur nos pas.
C’était inconcevable pour nous de passer ma fête ainsi que le réveillon du jour de l’an dans le parking d’un Cracker Barrel. Après plusieurs coups de téléphone, nous avons enfin déniché un endroit au Griffin Lake dans le centre de la Floride. Certes, je me sentais déçue, mais comme je n’avais plus aucune attente, j’ai senti, à ce moment précis, que le « fun » commençait. Nous étions libres d’entreprendre ce que nous voulions pour la journée du lendemain.
Dominic, un ami, campait avec sa famille à la Crystal River. Tiens? En étudiant la carte, nous pouvions faire un petit détour pour aller leur dire bonjour. À notre arrivée, nous avions un nombre incalculable d’aventures à nous raconter! C’est en leur compagnie que j’ai passé ma soirée d’anniversaire, autour d’un feu de camp, à manger des grillades et à rire aux éclats. Après avoir accepté leur invitation à dormir à leur campement, nous avons repris notre route en direction du Griffin Lake, un endroit propice aux excursions en canot. Cela nous a ainsi permis d’observer d’immenses tortues et alligators dans leur habitat naturel. Bien que différentes de ce que l’on s’attendait, ces vacances sont magiques et s’avèrent mémorables.


Je pense que peu importe ce que l’on entreprend dans la vie, que ce soit en affaires ou dans d’autres domaines, les plans sont susceptibles de s’ajuster. Avec du recul, on doit savoir relativiser et être en paix avec la destinée. La preuve, à Sarasota, en ce moment, il fait moins de 13°C! Alors, quelles vacances à la plage avons-nous manquées?

Commentaires

commentaires

Leave a Comment:

Leave a Comment: